absolu, absoluité, absolument, absoluteur, absolutif, absolution, absolutiser, absolutisme, absolutiste, absolutoire, absolvant

1. absolu

elle est absolue, il est absolu (= dont l'existence ou la réalisation ou la valeur est indépendante de toute condition de temps, d'espace, de connaissance, etc.; pour la manière d'exercer une autorité ou pour le caractère d'une personne : n'admet aucune limitation de son autorité dans son exercice ou ses manifestations ; est total(e) jusqu'au paroxysme ; en savoir plus : CNRTL)

l'absolu (= ce qui est considéré comme un idéal de perfection ou comme hors d'atteinte pour l'homme)

dans l'absolu (= sans tenir compte des circonstances)

un absolu (= ce qui est indépendant de toute condition et de toute chose ; une hypothèse alchimiste)

une absoluité ou un absolutisme (1) (= en philosophie : le caractère de ce qui est absolu)

absolument (= tout-à-fait, totalement ; certainement ; nécessairement)

un adverbe absolutif, un mode absolutif (en linguistique)

absolutiser (= rendre absolu, vider une idée de tout ce qu'elle peut avoir de concret, de particulier, de relatif, de manière à l'élever à un très haut degré d'abstraction, de généralité)

un absolutisme (2) (= un système de gouvernement où le souverain possède une puissance de droit divin et sans limites constitutionnelles ; une manière d'être, d'agir ou de penser, intransigeante et/ou sans nuances ; le caractère de ce qui est intransigeant, inconditionnel, dénué du sens du relatif, etc. ; la métaphysique de l'absolu)

elle ou il est absolutiste (= est attaché(e) au système politique de l'absolutisme ; dont la manière d'être et de penser ressemble à celle d'un souverain absolu)

une ou un absolutiste (= un(e) partisan(e) de l'absolutisme ; une personne dont la manière d'être et de penser ressemble à celle d'un souverain absolu)

L'adjectif absolu est emprunté au latin absolutus du participe passé de absolvere (voir ci-dessous). Le nom absolu vient de l'ancien participe passé d'absoudre.

2. une absolution

elle est absolutrice, il est absoluteur (= absout, efface une faute ou un délit)

une absolutrice, un absoluteur (= celle, celui qui absout, qui efface une faute ou un délit)

A. [théologie]

une absolution (1) (= la sentence par laquelle le confesseur, dans le sacrement de pénitence, remet les péchés au pénitent ; une sentence ecclésiastique qui, revêtue de certains caractères et d'une certaine solennité, relève une personne de l'excommunication et des autres censures qu'elle avait pu encourir ; une courte prière qui termine chaque nocturne des matines et les heures canoniales)

une formule absolutionnelle, un geste absolutionnel (= qui a valeur d'absolution)

absoudre (1) (= pour un confesseur : remettre, au nom de Dieu, les péchés du pénitent par la formule et le geste de l'absolution ; pardonner les péchés, en parlant du jugement de Dieu après la mort)

[j'absous, il absout ; absout(e)(es)(s) ; en absolvant ; anciennement : absous, absoute(s) ; j'absolus, il absolut (le passé simple ne s'emploie pas)]

une absoute (= une absolution publique et solennelle qui, dans l'Église romaine, se donnait autrefois au peuple le Jeudi-Saint ou la veille du Jeudi-Saint) ; une cérémonie faite notamment de prières terminant l'office des morts et se faisant autour du cercueil ou du catafalque, ou en dehors de l'office des morts)

B. [sens général et juridique]

une absolution (2) (= l'effacement d'une faute dont on obtient le pardon, la rémission ; une décision de justice par laquelle un accusé est déclaré non punissable, bien que convaincu du fait qui lui est reproché ; un acquittement, une déclaration d'innocence)

une excuse absolutoire, une circonstance absolutoire (= qui contribue à absoudre d'une peine), une sentence absolutoire, un jugement absolutoire (= qui absout de la peine)

absoudre (2) (= pardonner, excuser, faire grâce, disculper ; déclarer innocent, acquitter ; renvoyer de l'accusation une personne coupable, mais dont le crime ou le délit n'est pas qualifié punissable par la loi)

[j'absous, il absout ; absout(e)(es)(s) ; en absolvant ; anciennement : absous, absoute(s) ; j'absolus, il absolut (le passé simple ne s'emploie pas)]

elle est absolvante, il est absolvant (= absout juridiquement, contribue à absoudre)

Le verbe absoudre vient du latin absolvere « libérer (d'une obligation, d'une charge) » d'où « libérer d'une accusation ».